Un couteau, c’est tout sauf une (bonne) arme de self-defense!

Depuis quelques temps, je m’intéresse aux couteaux, notamment par l’intermédiaire de la fort sympathique chaîne Youtube « Fan de couteaux ». Outre des présentations de modèles de lames et différents tuto sur leur entretien, on y trouve cette video très intéressante sur la législation des couteaux. En résumé, un couteau, quel qu’il soit (lame fixe, pliant à lame bloquante ou non), c’est considéré comme une arme de catégorie D, ce qui signifie que c’est autorisé à l’achat et à la détention (chez soi ou dans sa voiture par ex.), mais pas en transport sans motif légitime. Cela signifie que si vous êtes contrôlé par la police ou la gendarmerie avec une lame sur vous, en théorie, ils peuvent vous la confisquer et vous coller au minimum un rappel à la loi, même si en général, ils sont plutôt compréhensifs et savent faire preuve de bon sens. Ça signifie que si vous êtes un bon père de famille en sortie avec ses enfants qui se fait contrôler avec un Opinel ou un couteau suisse, ça a de grandes de passer crème. Par contre, si vous êtes seul, avec une cagoule, pas loin d’une manifestation; ou bien que le couteau que vous portez a un look bien agressif style Karambit, là, on va sûrement vous poser quelques questions.

Le plus intéressant, dans cette video, ce n’est pas tant son contenu que le ton d’un grand nombre de commentaires qui la suivent: en gros, c’est un scandale, on peut n’a plus le droit de rien faire, on ne peut même plus porter un petit couteau pour se défendre (j’insiste sur ce point).

Et c’est là que ça me fait réagir: oui, avoir un couteau sur soi en tant qu’outil, je trouve ça intéressant, en ce qui me concerne, j’ai toujours deux petites lames (moins de 5 cm) sur moi : une petite lame pliante droite sur mon porte-clef, qui sert principalement à ouvrir des enveloppes et des emballages; et un petit multi-tool (avec coupe-sangle et brise-vitre) accroché à la petite trousse de secours que j’ai en permanence sur moi dans une sacoche. Mais je considère que ce sont exclusivement des outils, et jamais il me viendrait à l’idée de me balader avec un couteau pour me défendre, et ce pour plusieurs raisons:

Déjà parce que je ne suis pas un expert du maniement du couteau. Et je suis prêt à parier que vous non plus (c’est autre chose que de décortiquer un poulet).  Bref, à moins d’être un minimum entraîné (il existe des arts martiaux dédiés, comme le Tolpar ou le Libre Fighting par exemple), vous risquez surtout de vous blesser vous-même.

D’autre part, il faut se rappeler que le but premier de la self-défense, c’est de s’en sortir indemne. A partir de là, on cherchera toujours à conserver une certaine distance avec l’agresseur, ne serait-ce que pour pouvoir fuir plus facilement. Or, un couteau de poche, c’est une arme qui n’a absolument aucune portée, et qui nécessite d’aller au contact. En fait, une attaque au couteau, pour être efficace, doit être effectuée par surprise. C’est de cette façon que la majorité des agressions de ce type ont lieu: on n’a rien vu venir, et on se retrouve avec un couteau sous la gorge, ou pire. Bref, vous m’aurez compris, un couteau, c’est une arme d’agression, pas d’auto-défense. Et si vous n’avez pas de raison valable de porter un couteau sur vous (c’est pour votre casse-croûte du midi, vous partez en rando ou à la pèche…), il est complètement normal qu’un policier vous pose quelques questions.

Alors vous allez me dire: oui, mais il y a quand même l’effet dissuasif que peut avoir un bout de métal pointu dans les mains de quelqu’un de décidé. Certes, mais c’est à double tranchant (c’est le cas de le dire), et ça peut également faire empirer les choses. De plus, si vous recherchez un effet dissuasif, prenez-vous carrément une petite matraque télescopique: c’est bien plus impressionnant, plus facile à déployer, plus intuitif à utiliser, et ça permet de maintenir une certaine distance. Par contre, là, c’est sûr que vous aurez des problèmes en cas de contrôle par la police, l’excuse du casse-croûte étant bien moins pertinente.

En conclusion: le canif pour vous défendre dans la rue, oubliez! C’est typiquement une fausse bonne idée. En dehors de la légalité du transport, c’est surtout une très mauvaise arme de self:

  • difficile à manier (alors qu’on recherche surtout la simplicité);
  • pas évidente à sortir et à ouvrir rapidement si on vous agresse par surprise (sauf à l’avoir déjà en poche et prêt à ouvrir: mais dans ce cas, ça va être difficile d’expliquer au policier que ce n’est pas vous l’agresseur);
  • et à l’efficacité discutable, vu qu’elle nécessite d’être vraiment au contact avec l’agresseur pour être efficace

Bref, si vraiment vous tenez absolument à avoir ce qu’on appelle un « equalizer » sur vous (un outil de self qui va vous permettre d’égaliser les chances par rapport à l’agresseur), privilégiez plutôt une arme de type gazeuse/bombe lacrimo: c’est bien plus efficace, vous ne risquez pas blesser grièvement quelqu’un (votre agresseur ou vous-même) et vous serez plus crédible quand vous expliquerez à un policier que c’est pour vous défendre.

 

Publicités
Cet article, publié dans Self-defense, est tagué , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s