Le Krav-Maga

Le Krav quoi?

Lorsque mes collègues de travail, me voyant me trimballer avec mon sac, me demandent quel sport je pratique, j’ai droit à deux types réactions: soit ils n’ont jamais entendu du Krav-Maga, et ne savent pas du tout de quoi il peut bien s’agir (« Tu fais du quoi? »); soit au contraire, ils en ont une idée assez précise (« Ah oui, c’est le truc de l’armes israélienne! » ou bien « Ah oui, je sais: Ziva dans NCIS, c’est ça? »). Cela s’explique sans doute par la (relative) médiatisation qui accompagne la pratique du Krav-Maga en France depuis quelques années.

« Krav-Maga », c’est de l’hébreu, et ça signifie littéralement « combat rapproché ». C’est une méthode de self-défense israélienne, créée par Imi Lichtenfeld à la fin des années 40. L’histoire raconte que le Krav-Maga serait né au cœur du ghetto de Varsovie, afin de permettre à la communauté juive locale de se défendre. La réalité est sans doute un peu plus complexe, ce qui est certain, c’est que le Krav-Maga est une méthode de self-défense dont les principes de base sont la simplicité et l’efficacité.

Un art martial?

« Israeli Martial Art », c’est écrit sur nos T-shirts, donc la question ne devrait pas se poser. Néanmoins, elle me semble légitime dans la mesure ou le Krav-Mage a un objectif final purement « utilitaire » : ici, le but, c’est de préserver son intégrité physique et celle de ses proches, par n’importe quel moyen (avant tout en évitant l’affrontement si c’est possible). Les gestes sont simples, secs, pas vraiment spectaculaires (encore que), ce qui prime, c’est la simplicité, la rapidité et l’efficacité, pas la beauté du geste. Ensuite, à chacun de juger si justement la beauté du geste martial ne réside n’est pas dans l’efficacité, mais c’est un autre débat.

Donc pour moi, c’est avant tout une méthode de self-défense, plus qu’un art martial. Pratiqué à un autre niveau (par des professionnels de la sécurité ou des militaires), on ne peut même plus le qualifier de sport: par exemple, on vise systématiquement les points sensibles (yeux, gorge, parties), ce qui est rigoureusement interdit dans n’importe quel autre sport de combat. Alors bien sûr, dans le cadre d’un enseignement plus « civilisé », on a une tenue, une ceinture comme au judo, on salue au début et à la fin du cours… Mais la philosophie de fond reste la même: de l’autodéfense pure.

Ok, mais concrètement, on fait quoi?

Alors déjà on s’équipe: pantalon kimono noir (un bas de survêtement fait très bien l’affaire), t-shirt blanc (là où j’en fais en tout cas, ça peut dépendre des clubs); et surtout les protections: coquille, protège-tibias indispensables, ainsi que les gants de boxe et le protège-dents. Protections au niveau des genoux et des coudes fortement souhaitables.

Ensuite, ce qu’on y fait: tout dépend du niveau de pratique. Au début, on apprend des gestes simples: différents coups de poing, de pied; les parades/contre associés (simultanés la plupart du temps), parades contre étranglement. On apprend à bouger également, à bien utiliser le poids du corps dans ses déplacement, dans ses frappes.  On apprend à chuter aussi: de face, de dos, roulades etc… Les roulades constituent d’ailleurs la principale difficulté à l’obtention des deux premières ceintures (jaune & orange, accessible durant la première année). Et puis on fait travaille son physique surtout, ainsi que son cardio: ça peut être assez rude si vous débarquez en n’ayant fait aucun sport ni aucun entretien physique depuis quelques années. Après, on commence à travailler avec du matériel: parade contre couteau, bâton. On découvre les clés (poignet, bras), les amenés au sol (d’où l’intérêt des genouillères/coudières). A partir du passage de la ceinture verte, l’examen de fin d’année comprend un combat dit « dur » (avec frappes appuyées) de deux fois deux minutes, donc on continue à bien insister sur le cardio. Enfin, au niveau avancé (ceinture bleue et au-dejà), les techniques enseignées deviennent plus sophistiquées (clés, combat au sol, parade contre armes à feu…).

Mais au final, ça marche?

C’est ma quatrième année de pratique (je m’entraîne au club de Trévise à Paris), ceinture verte. Echec l’an dernier à l’examen de passage de la ceinture bleue (ce qui est rassurant quelque part sur le niveau de l’enseignement). Je n’ai encore jamais eu l’occasion de « tester » le Krav-Maga « dans la rue » (c’est la finalité de la chose après tout), et j’espère que je n’aurai jamais à le faire. Néanmoins, je peux quand même avancer un certain nombre de choses: déjà, physiquement, on se sent mieux. Ensuite, la pratique vous amène forcément à être plus sûr de vous, plus serein. Ça a forcément un impact: car la self-défense, ça commence avant tout avec l’attitude prise face à un agresseur. Dans la majorité des cas, le simple fait de paraître sûr de vous désamorcera le conflit avant même qu’il ait pris forme: au final, celui qui s’en prend à vous n’est pas si différent: il ne cherche pas forcément les ennuis, et s’il sent que vous n’avez pas peur (sans non plus verser dans la provocation), il s’arrêtera de lui-même. Restent les cas particuliers (un type cinglé, ou encore une bande), auquel cas la meilleure défense sera toujours la fuite, si possible, éventuellement après avoir frappé le plus durement possible le type le plus proche de vous. Et là, avoir un bon cardio, ça peut toujours servir…

En conclusion

Pour le moment, j’ignore jusqu’où j’irai dans ma pratique du Krav-Maga: l’accès au « graal » (la ceinture noire) semble nécessiter une forte implication (au minimum deux cours par semaine et sans doute un travail spécifique de son côté). Je ne pense pas avoir le temps ni forcément l’envie d’aller aussi loin, mais pour le moment, j’apprends chaque semaine, et surtout je prends du plaisir à pratiquer. Tant que c’est le cas, je ne vois aucune raison d’arrêter.

Pour des informations plus pratiques (clubs, stages…), je vous invite à jeter vous rendre sur le site officiel de la Fédération Européenne de Krav-Maga.

Cet article, publié dans Arts martiaux, est tagué , , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s